Belles fêtes de Noël

Un nouveau Noël arrive avec ses cadeaux, ses sapins, et ses retrouvailles familiales ou amicales. Le coté commercial, opulent de cette fête est toujours plus prégnant et la volonté de certains de supprimer la visibilité des crèches (dans l’attente de les supprimer purement et simplement) ne fait que renforcer la déconnexion entre la signification profonde de cette fête et notre manière de la vivre. Or cette déconnexion ne peut que renforcer le sentiment de solitude, d’abandon de ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir compter sur une famille, de ceux qui vont vivre cette fête dans la solitude ou qui n’auront pas les moyens de s’offrir ne serait-ce qu’une orange. Et pourtant cette fête devrait-être celle de l’espérance car elle est par excellence celle de la transcendance nous rejoignant dans nos plus grande pauvretés.

Si ce que je vous disais l’année dernière me semble encore parfaitement d’actualité j’aimerai me pencher cette année  sur le paradoxe de la crèche. En ce jour de Noël les chrétiens fêtent la naissance d’un enfant, qui est Dieu, et dont les parents n’ont trouvé pour les accueillir qu’une étable et une mangeoire pour coucher le nourrisson. Il n’est encore une fois pas nécessaire de croire en la réalité de l’incarnation pour en apprécier au moins en partie la profondeur du message.

Ne pourrait-on nous arrêter ne serait-ce que quelques secondes sur cette image de la transcendance qui nous rejoint dans la plus profonde pauvreté, qui l’épouse jusqu’à la vivre ? Ne pourrait-on prendre quelques instants pour entendre et vivre cette joie et cette paix profonde qui ne nait pas de la richesse extérieure ou matérielle mais qui rayonne de la personne même de cet enfant couché dans la paille ?

Nous ne sommes pas ce que nous faisons, nous ne sommes pas ce que nous paraissons ! Notre valeur ne tient pas à nos possessions, notre joie et notre paix intérieure ne dépendent pas de ce que nous avons.

L’important c’est ce que nous sommes, pas ce que nous possédons.

Pour ce nouveau Noël, je vous souhaite de vous dépouiller de ce qui encombre votre vie, de ces fausses richesses, de ces fausses images derrière lesquelles nous nous cachons parfois et qui deviennent nos propres prisons. Je vous souhaite d’être vraiment ce que vous êtes, et de découvrir votre véritable richesse, votre véritable valeur.

Ce peut-être parfois effrayant de découvrir nos blessures, nos faiblesses mais peut-être est-ce justement le lieu de notre véritable paix intérieure.

Alors joyeux Noël à tous et que la paix de cette crèche rayonne en vos cœurs!